14.2.07

2007 : ANNEE VAUBAN - LES PREMIERES COTES DE BLAYE EN PREMIERE LIGNE…


En France, quelque huit millions de personnes vivent au pied des fortifications édifiées par Vauban. C’est ce patrimoine exceptionnel que 2007, à l’occasion du tricentenaire de la mort du maréchal, va permettre de revaloriser, à travers les nombreuses manifestations prévues tout au long de l’année.


Une commémoration encore plus légitime à l’heure où une quinzaine de villes, dont Blaye, tentent de décrocher une inscription de l’œuvre de Vauban au patrimoine culturel mondial de l’Unesco.

La citadelle de blaye : site majeur de Vauban

Construite par Ferri, autour de l'ancienne ville fortifiée, la Citadelle de Blaye fut rénovée par Vauban de 1686 à 1689. L’œuvre du maréchal y est un magnifique exemple d’adaptation du système de défense aux fortifications existantes. A son arrivée, il trace le plan d’une nouvelle enceinte à quatre bastions, trois demi-lunes et deux portes, s’appuyant sur ce qui existe déjà. Il construit un fort carré (le Fort Médoc) sur la berge marécageuse de la rive gauche de la Gironde et réalise un fortin sur l’île du Paté pour la défense de l’estuaire. Les secteurs de tirs se recoupent alors et interdisent l’accès à Bordeaux aux escadres ennemies…

D’ailleurs, d’après ses mémoires, c’est de la Citadelle de Blaye qu’il s’est déclaré le plus satisfait. L’année Vauban sera donc l’occasion de découvrir, ou redécouvrir, le caractère authentique de cette citadelle, ainsi que l’œuvre entière du bâtisseur de Louis XIV. Un homme précurseur dans de nombreux domaines, et un homme soucieux d’égalité et de tolérance. Jusqu’à la fin du XIXème siècle, il a influencé des générations d’ingénieurs, d’architectes et d’urbanistes. Un de ses contemporains, le duc de Saint-Simon, dira de lui qu’il fut « le plus savant des hommes dans l’art des sièges et de la fortification et le plus habile à ménager de la vie des hommes ».

Classée aux monuments historiques, et site majeur d’Aquitaine (seulement trois en Gironde), la citadelle de Blaye est membre du Réseau des sites majeurs de Vauban, regroupant quinze sites fortifiés à travers la France (notamment Besançon, Briançon, Mont-Dauphin, Villefranche-de-Conflent, Blaye, Saint-Martin-de-Ré, Camaret-sr-mer, Arras et Neuf-Briasach).

L’annonce faite en janvier par le Ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, du choix de cet ensemble exceptionnel pour être le candidat de la France au patrimoine mondial de l’Unesco, représente une formidable aubaine pour l’économie locale des régions visées, notamment à travers une médiatisation exacerbée.


Premières cotes de blaye : un enjeu important
Avec la valorisation de sa citadelle, qui est depuis toujours sa marque de fabrique, les Premières Côtes de Blaye profitent d’un regain de visibilité grâce à cette année de commémoration, notamment à travers les nombreuses manifestations prévus à Blaye, ainsi que dans toute la France. Le Syndicat Viticole proposera par exemple la Cuvée Vauban à l’occasion de son 13ème Marché aux Vins, les 17 et 18 mars prochain.
Mais c’est surtout la récompense suprême du label Unesco qui représenterait un véritable enjeu économique et médiatique :
« Il est évident que ce label Unesco sera un vecteur important en terme de communication, le vin des Premières Côtes de Blaye étant déjà identifié comme « La Citadelle des Bordeaux », confirme le directeur du syndicat viticole Jean Lissague, « l’enjeu pour l’oenotourisme est considérable, d’autant que ces retombées se feront bien sûr en France, mais surtout à l’international, ce qui est forcément porteur pour notre identité ».

A l’image de Saint-Emilion, qui a augmenté sa fréquentation touristique de 20 % l’année qui a suivi son inscription au patrimoine mondial de l’humanité, et qui propose désormais de nombreux parcours touristiques œnologiques, tels le duo « vins AOC et vieilles pierres », les Premières Côtes de Blaye auront pour sûr de nombreuses cartes à jouer. D’autant plus que la Citadelle comporte en son sein une petite parcelle de ce délicieux nectar, une particularité rare et précieuse. Le Clos de l'Echauguette, situé près de la tour du même nom, est une parcelle de 720 pieds qui produit, en moyenne, 1 000 bouteilles. Un vin qui n'est pas commercialisé, mais qui suscite chaque année l’euphorie de néophytes qui redécouvrent les vendanges à la main. La Citadelle et les Premières Côtes de Blaye, une véritable histoire d’amour !


Décision finale de l’Unesco en juin 2008, on y croit !

Les Premières Côtes de Blaye, ce sont 800 vignerons répartis sur 6000 hectares de vignes et produisant 330 000 hl représentant 44 millions de bouteilles. Chaque jour, ils associent savoir -faire et amour du terroir, afin de donner le meilleur d’eux-mêmes aux « Premières Côtes de Blaye » dans un souci d’une qualité sans cesse améliorée.