6.2.07

Emmanuel Cazes, le fils de Bernard Cazes, vient d’être nommé responsable production de la Sas Cazes

Entré au Domaine Cazes en 1997 après des études de commerce et de viti-oeno, il secondait son père en cave pendant les vendanges, mais il s’occupait essentiellement de la vigne.
On lui doit, notamment, la reconversion en bio-dynamie des 170 hectares que comptent le domaine familial. À la suite de l’accord signé avec le groupe Jeanjean en juillet 2004 qui a débouché sur la création de la Sas Cazes[1], il se voit confier une mission de marketing et communication. Deux ans plus tard, grâce au contrat d’exclusivité conclu avec les caves coopératives de Latour de France et Estagel-Montner, Lionel Lavail, le jeune et dynamique directeur de la Maison Cazes, le nomme responsable de production pour tous les vins que cette maison de négoce, basée à Rivesaltes, commercialisera.

Emmanuel Cazes, que représente pour vous cette nouvelle étape dans votre carrière professionnelle ?
À 34 ans, je réalise enfin mon rêve : créer des vins. Je dirais que c’est le début de ma carrière. L’expérience de « touche à tout » que j’ai acquise au domaine familial pendant 10 ans, représente un capital énorme pour moi. Elle va m’aider à assumer cette nouvelle fonction avec la rigueur que mon père m’a transmise. Mon père m’a également légué sa passion pour la vinification et l’élevage des Vins Doux Naturels. Sans prétention, je pense pouvoir dire que le Domaine Cazes est l’une des références en la matière. Les stages que j’ai effectués en France m’ont permis de rencontrer de fortes personnalités, des vignerons passionnés qui m’ont fait partager leur passion, leur ressenti : Frédéric Blanck, Patrice Brunel, Alain Brumont, Jacques Couly, Henri Ramonteu, Didier Cuvelier, Yves Grassa, Stéphane Yerle, Stéphane Derenoncourt. A l’étranger, j’ai eu la chance d’apprendre le savoir-faire dans des domaines très réputés : Mission Winery en Nouvelle Zélande et Mount Langhi Giran en Australie.

Quelle orientation souhaitez-vous donner aux vinifications ?
J’ai toujours aimé les vins qui s’expriment avec élégance. Les vins fins, frais, fruités. Donc, je vais travailler dans ce sens en pratiquant des extractions douces, des pigeages, des élevages adaptés à la matière et surtout au millésime.

Avec le réchauffement du climat que l’on constate depuis quelques années, votre tâche ne va-t-elle pas être plus difficile ?
Pas vraiment. Au Domaine familial, même si nous sommes dans un terroir par nature très chaud, sur des terres argilo-calcaires avec des galets roulés, nous constatons que la vigne répond bien. Cela, grâce à la bio-dynamie. Avant, nos sols étaient « bétonnés » par les désherbants. L’eau restait en surface. Depuis que nous leur avons redonné vie, la vigne va se nourrir en profondeur. Dans les autres sites, notamment à Latour de France, nous sommes dans des zones que l’on peut qualifier d’altitude puisque la vigne grimpe sur des coteaux entre 100 et 300 m.

Quelles vont être vos interventions dans les vignobles associés, notamment à Latour de France ?
J’interviendrai à titre de conseil et à titre de garant du respect d’un cahier des charges comportant 30 pages de gestes à faire ou à ne pas faire. J’irai régulièrement à Latour de France tout d’abord pour expliquer ce que j’attends de chacun des coopérateurs, qualifier les terroirs et les vignes, puis suivre certaines parcelles surtout au moment de la maturité, et enfin accompagner les vinifications selon la définition du produit définie par la Maison Cazes.

En période de vendanges, vous serez sur tous les fronts ?
Oui, je passerai mes nuits dans les caves et la vie de famille sera quasi inexistante. Mais ce n’est pas un problème, car je suis très fier de cette nouvelle responsabilité. C’est une marque de confiance de Lionel Lavail. Je sais qu’il ne m’a pas choisi parce que je suis un fils Cazes mais parce qu’il a su déceler en moi cette formidable envie de créer des vins. Et, en principe, quand on fait les choses avec passion, on les réussit.

[1] Structure commercialisant les vins du Domaine Cazes ainsi que ceux de domaines partenaires.