16.2.07

Le 24 mars 2007 : La journée nationale du fromage s'étend en Europe

Depuis sa création en 2001 par l’Association Fromages de Terroirs (loi 1901), la Journée nationale du fromage milite pour donner plus de visibilité aux fromages au lait cru qui sont le reflet de notre terroir, informe les consommateurs sur notre patrimoine fromager unique au monde auquel beaucoup de gastronomes sont attachés, et soutient des productions locales qui continuent, malgré un contexte de marché de plus en plus standardisé, à produire des fromages au goût typé dans le respect de la tradition…


Preuve de son succès, cette manifestation fait des émules en Italie, Belgique,
Allemagne, Angleterre et Espagne. L’association Fromages de Terroirs compte à ce jour 400 adhérents et multiplie les parrainages et soutiens spontanés en provenance du monde entier. Par ailleurs, elle publie depuis fin 2005 le Calendrier des From’Girls qui contribue à la notoriété
de son action. Le site www.fromages-de-terroirs.com est visité par plus 5 000 internautes par semaine. Plus de 700 articles de presse et reportages en France se sont faits le relais de ses actions.

Le samedi 24 mars, le Cercle des fromagers affineurs et 200 détaillants sont mobilisés pour faire découvrir au public des fromages de terroirs aux saveurs inattendues…
Dégustations et buffets gratuits devant les boutiques, assiettes à 1 euro, jeux avec des plateaux de fromages à gagner, dégustations commentées, idées recettes, coffrets de fromages pour un pique-nique en famille… Soutenue par la FNDPL (Fédération Nationale des Détaillants en Produits Laitiers) qui fédère 2 000 détaillants en France, le Cercle des fromagers affineurs présidé par Philippe Olivier, et le CIGC (Comité Interprofessionnel du Comté), cette journée permettra au grand public et aux futurs consommateurs d’écouter des professionnels parler de leurs produits avec passion. Les fous de comté seront à la fête car un accent sera mis sur ce fromage aux multiples saveurs…

Le Cercle des fromagers affineurs fait rayonner la Journée nationale du fromage en France et en Europe
La Fromagerie Marylebone à Londres, les Galeries Lafayette de Berlin, Kaufhof à Munich, Harry Schokaert à Malines en Belgique, la fromagerie Formachera à Saragosse en Espagne participeront cette année à la Journée nationale du fromage en proposant un certain nombre d’animations et dégustations de leur choix, sur le modèle des fromagers affineurs du Cercle.
Par exemple, Philippe Olivier basé à Boulogne sur Mer organise une dégustation saléesucrée
de comté et un dîner au fromage la veille au soir, Stéphane Vergnes à Nimes, Philippe Marchand à Nancy et Gabriel Bachelet à Pau mettront à l’honneur des fromages d’exception chez des étoilés : menus au fromage toute la semaine, variations culinaires, plateaux de fromages commentés par les affineurs ou les maîtres d’hôtels...

Tous les membres du Cercle iront de leur imagination pour donner envie aux consommateurs de venir goûter des fromages rares et de grande qualité. Des conférences de presse seront organisées localement pour que les médias concernés se fassent l’écho de cet événement.
Le détail des animations et les adresses seront en ligne prochainement sur le site www.fromages-de-terroirs.com et une affiche officielle sera disposée chez chaque participant.

Réhabiliter le fromage dans les restaurants et les bistrots avec le magazine L’Auvergnat de Paris - CHR
Véronique Richez-Lerouge, présidente de l’Association Fromages de Terroirs et fondatrice de la Journée nationale du fromage déplore « la pauvreté des plateaux de fromages dans la restauration ». Pourtant, il n’y a pas meilleur aliment s’accordent à dire les nutritionnistes, surtout pour un repas pris sur le pouce. Un sandwich fait d’un bon morceau de fromage et d’un bon pain constitue un repas rapide équilibré et nourrissant. Ou encore, une assiette de fromages avec une salade verte est idéale. « On peut snacker avec des produits de qualité », affirme Véronique Richez-Lerouge, Avec le soutien du magazine L’Auvergnat de Paris, l’association invite les restaurants et les bistrots parisiens à participer à cette opération de promotion et mettre en valeur le fromage le samedi 24 mars. L’association Les Chemins du Cantal qui compte une centaine d’adhérents à Paris sera aussi partie prenante dans cette opération.

Le fromage au lait cru, un lien direct au terroir
Alors que la protection de l’environnement devient un sujet de préoccupation majeure pour nos compatriotes, le maintien de productions fromagères in situ s’inscrit directement dans cette problématique. Véronique Richez-Lerouge invite les gastronomes que nous sommes à encourager une « consommation raisonnée et solidaire » qui permettra à des producteurs et des PME de continuer à produire localement et à se développer.
L’association a souhaité en 2006 attirer l’attention du consommateur sur ces aspects et le sensibiliser à la notion de citoyenneté dans l’acte d’achat. Un manifeste a été disposé chez les fromagers et signé par plus de 3 000 personnes lors de l’édition précédente.
Les engagements étaient les suivants :
• Soutenir les méthodes de production respectueuses d’un savoir-faire traditionnel qui a fait ses preuves,
• Préserver la flore originelle et les races locales qui sont garantes d’un lait de qualité,
• Encourager les pratiques fromagères dignes et loyales,
• Respecter une diversité paysagère liée aux modes de production,
• Sensibiliser le public à une consommation plus citoyenne,
• Éduquer le jeune public à une typicité de goût,
• Lutter contre l’uniformisation de la production,
• Promouvoir la variété fromagère et les pratiques locales,

Pourquoi encourager la consommation de fromages au lait cru ?
Si les grands fromages au lait cru AOC tirent leur épingle du jeu et voient leur consommation augmenter, - c’est le cas du comté (51,4 millions de tonnes en 2005 ; + 21 % entre 1997 et 2005), du camembert de Normandie (15,5 millions de tonnes ; + 55 %), du reblochon (15,1 millions de tonnes ; +11 %)-, d’autres sont pénalisés par les effets de mode, la méconnaissance du public ou la baisse de la qualité. La production de cantal au lait cru ne cesse de décroître depuis 1997 au profit du cantal pasteurisé (*).
Alors que plus de la moitié des AOC autorise la pasteurisation, on constate que celles qui sont exclusivement au lait cru s’en sortent bien malgré un marché stagnant. C’est le cas du Mont d’Or qui gagne 34% en 2005. Pour l’Association fromages de terroirs, cela démontre bien que les consommateurs se tournent vers des produits de qualité dès lors qu’ils sont informés.
Néanmoins, tous les fromages ne sont pas logés à la même enseigne : les petits fromages coutumiers qui contribuent à maintenir un lien social tissé depuis des centaines d’années se portent mal. Méconnus, peu présents dans les circuits de distribution, ils
représentent pourtant une part importante de notre patrimoine fromager et contribuent à sa diversité . Seuls certains fromagers affineurs et grands chefs proposent encore ces fromages. Mais pour combien de temps ?

(*) Source : Agreste