14.2.07

Wanchai Ferry lève le voile sur les mystères de la cuisine chinoise

Cosmopolite, colorée, ambivalente, technologique, étonnante…
Autant d’adjectifs qui caractérisent la Chine contemporaine. Entre l’énergie créative et
l’influence des traditions, la Chine ensorcelle et fascine. Décalée, la culture chinoise est fondée
sur des oppositions : les pagodes se mêlent désormais aux immeubles futuristes de Shanghai, les femmes en costume traditionnel croisent les jeunes fashionistas sur les trottoirs de Hong-Kong.

Cette profusion et cette mixité font de la Chine une source d’inspiration pour de nombreux créateurs, qu’ils soient auteurs, designers, stylistes ou réalisateurs. Dans toutes les capitales, des concept-stores chinois, comme Shanghai Tang à Paris, s’exportent et révolutionnent le monde culturel. Et pourtant la Chine regorge encore de nombreux mystères dont le voile ne demande
qu’à être levé…

Initiation à la cuisine chinoise
Voyage culinaire en Chine
Wanchai Ferry, la marque venue de Chine, initie les Français à l’authenticité de la cuisine chinoise. En effet, il n’existe pas une cuisine chinoise, mais quatre, issues de différentes régions. La cuisine du Sichuan, au centre de la Chine, est la plus relevée et la plus épicée.
Sur la Côte Est Zhejiang, on servira plutôt du poisson, des crustacés, des coquillages et un large choix de légumes. La cuisine du Nord, en raison de la pauvreté des sols, est essentiellement à base de riz.
Enfin, la cuisine du Sud, notamment autour de Canton, est la plus variée et aussi la plus connue à l'étranger. Les cantonais sont réputés pour manger " tout ce qui a quatre pattes sauf les tables, tout ce qui vole, sauf les avions et tout ce qui nage, sauf les bateaux ".

Wanchai Ferry respecte ses spécificités et propose cinq recettes issues des quatre coins de la Chine !
Zehjiang : Poulet Xiang GU
Canton : Poulet Ning Meng et Porc Bo Luo
Sichaun : Boeuf hei Jiao
Jiangnan : Crevettes Wu Xiang
Xiang, Se et Cai
L’authenticité de la cuisine chinoise passe également par l’association des parfums, couleurs et saveurs : Xiang, Sei et Cai. Wanchai Ferry fait de l’esthétisme un art gourmand, et décline cinq recettes faciles à réaliser à la maison !

L’art de la cuisine chinoise
En Chine, la « pengrèn » (cuisine) s’apparente à un art, tant elle fascine et paraît inaccessible à la fois ! Wanchai Ferry livre donc quelques règles de base pour s’initier à la cuisine chinoise chez soi.

L’art de la découpe
La découpe des aliments est en fait la garantie de leur bonne cuisson. En effet, tous les ingrédients doivent être découpés en morceaux de taille identique afin que la cuisson soit la plus uniforme et la plus rapide possible. Le soin apporté à cette découpe nous paraît essentiel lorsque arrive le moment délicat de se servir des « kuaizi » (baguettes) !
« Chao cai guo » : la cuisson au wok
Le mode de cuisson considéré comme emblématique de l’art de cuisiner chinois est le sauté rapide, le chao. Il consiste à faire sauter très rapidement et à feu très vif les différents ingrédients d’un plat, le plus souvent les uns après les autres, pour ensuite les réunir avec leur
assaisonnement et les servir. Cette méthode de cuisson, à l’aide d’un wok, permet de saisir les plus petits morceaux tout en conservant leur croquant, leur saveur et leur couleur.

Repas horizontal ou vertical ?
Si la Chine s’ouvre chaque jour davantage à la culture occidentale, elle conserve néanmoins de nombreux rituels comme celui de l’art des repas. En effet, pour les repas traditionnels (horizontal) les membres de la famille ou les amis prennent place autour d’une table ronde
(plus pratique pour partager les plats !) et les plats sont tous servis en même temps. Quant aux repas de fête (vertical), ils se sont « occidentalisés » puisque les plats sont servis les uns après les autres, comme en France.

Wanchai Ferry, l’histoire d’une marque qui vient de Chine

Une femme : Madame Chong
« Lorsque j’ai quitté ma région natale pour Hong-Kong, au milieu des années 70, j’étais loin d’imaginer qu’un jour mes produits seraient dégustés dans le monde entier. Ma petite échoppe des débuts s’est petit à petit développée pour devenir une marque de référence en Chine et aujourd’hui je suis fière de pouvoir faire partager les recettes traditionnelles que m’a transmis ma famille avec le monde entier ! »

Que signifie « Wanchai Ferry » ?
Hong-Kong symbolise le renouveau de la Chine. Sa culture, mélange d’influences britannique et chinoise, en fait une ville moderne et ouverte sur le monde. C’est en souvenir de ses débuts
et en hommage à cette ville extraordinaire que Madame Chong a choisi de donner son nom à ses produits.

Wanchai Ferry aujourd’hui
30 ans après la création de la marque, le rêve de Madame Chong se réalise : Wanchai Ferry, aujourd’hui marque leader et renommée en Chine, traverse les frontières et arrive en France,
sous l’impulsion du groupe General Mills, pour y dévoiler tous les mystères de la cuisine chinoise.
Wanchai Ferry, une cuisine facile et conviviale
Plus besoin de faire appel à un traiteur pour manger chinois à la maison. Wanchai Ferry, la marque venue de Chine, simplifie la cuisine chinoise, avec 5 kits recette authentiques et délicieux.
Chaque kit comprend 4 ingrédients clés : un ingrédient exotique, une sauce, des épices pour la marinade et des nouilles ou du riz. Il ne reste plus qu’à ajouter les protéines : le poulet, le porc, le boeuf ou les crevettes et enfin les légumes. Quelques minutes suffisent ensuite pour concocter, au wok ou à la poêle, un met typiquement chinois à déguster en famille ou entre amis !
Wanchai Ferry décline également des ingrédients phares de la cuisine chinoise, pour personnaliser les recettes, ou pour les plus experts en créer de nouvelles.

« Les trucs » de Madame Chong :
Utiliser une huile au goût neutre
Ne pas trop cuire la sauce pour préserver son parfum
Respecter le temps de cuisson

Wanchai Ferry, une cuisine fraîcheur
La cuisine dans l’instant !
Outre les bienfaits nutritionnels de la cuisine chinoise, Wanchai Ferry y incorpore la fraîcheur.
Chaque recette est ainsi composée d’un légume typique ou d’un fruit exotique : Shitake, champignon noir, mini épis de maïs, ananas,. Chacun y rajoute ensuite selon ses goûts et ses envies 3 légumes frais : pois gourmands, carottes, poivrons, oignons… autant de déclinaisons possibles selon les humeurs gourmandes ou les saisons, autre principe de base de la cuisine
chinoise !

Wanchai Ferry, une cuisine équilibrée
L’équilibre : fondement de la cuisine chinoise
L’équilibre nutritionnel est au coeur de la cuisine chinoise. Le Fang Cai correspond à une harmonie saine et gourmande et suit un schéma précis : un élément principal, deux éléments secondaires et un élément complémentaire, le tout est harmonisé en fonction de la saison. Cette tradition ancestrale a inspiré Wanchai Ferry, dont les recettes respectent cet équilibre entre le Fan (féculents) et Cai (légumes et protéines). Dans la culture chinoise, le Fang Cai a un rôle
préventif, mais aussi curatif, puisqu’une alimentation équilibrée renforce l’harmonie du corps humain en soi et dans sa relation avec son environnement. La cuisine chinoise est ainsi un exemple en termes de nutrition et de diététique, puisqu’elle place l’équilibre comme principe de base.

Les bienfaits du Shitake
Le Shiitake est utilisé depuis plus de 1000 ans pour son pouvoir stimulant et reconstituant. Riche en minéraux, oligo-éléments, vitamines du groupe B et acides aminés, le Shiitake possède de nombreuses vertus nutritives. Le Shiitake aide notamment à abaisser le taux de cholestérol, à prévenir des attaques cardio-vasculaires, et à combattre les rhumes, grippes, et autres attaques virales, puisqu’il stimule le système immunitaire. Tout abus du Shiitake est donc recommandé, et c’est aujourd’hui facile avec Wanchai Ferry !

18 février 2007
Le Nouvel An Chinois
Quelle meilleure occasion que le Nouvel An Chinois pour faire découvrir la gastronomie chinoise à ses amis ou à sa famille ?
Wanchai Ferry donne quelques clés pour décoder les traditions ancestrales chinoises qui perdurent aujourd’hui encore dans des villes aussi modernes que Hong-Kong ou Shangaï.
Avant le Nouvel An, les chinois respectent rigoureusement un calendrier festif qui débute avec le solstice d’hiver (11ème jour du 11ème mois lunaire) et qui s’achève avec le départ des dieux du foyer (24ème jour du 12ème mois lunaire). Pétards et offrandes se mêlent pour chasser
les malheurs de l’année écoulée, et préparer le Nouvel An chinois !

Ambiance assurée dans les villes comme dans les campagnes. La veille du Nouvel An, tout est mis en place pour placer l’année à venir sous les meilleurs auspices. Le Cinian (prendre congé de l’année) est la dernière cérémonie d’hommage aux dieux et aux ancêtres de l’année. C’est la période des braderies chinoises, puisque l’on s’acquitte de toutes les dettes avant la fin d’année. Les allures prennent des allures de fête : les maisons et les boutiques se parent d’emblèmes décoratifs et porte-bonheurs pour la nouvelle année. Le jour du Nouvel An, ou Yuan Dan, est aussi appelé les « Trois Débuts ».
Dès le matin, les festivités commencent ! Les plus jeunes offrent des gâteaux, des fruits et autres aliments sucrés et salés à leurs ancêtres, en guise de voeux pour la nouvelle année. L’après-midi et les deux jours qui suivent, les chinois font « l’invité », le rituel « Zuo Ke »
(invité), incontournable du Nouvel An : toute la journée les pétards résonnent dans les rues et ce durant 15 jours !
2007 : une année sous le signe du Cochon
2007 sera cochon ! Le cochon symbolise la chance et la générosité.
L’année 2007 promet donc un plein épanouissement à chacun !