23.4.07

Lao Tsu Say : La révolution du thé

Bob Yeh, le visionnaire inspiré
Touche-à-tout de génie né en 1955, Bob Yeh est l’un des plus importants entrepreneurs de Taïwan.
Diplômé de l’Institut des Sciences et des Technologies Alimentaires de l’Université de Taïwan en 1978, il révolutionne véritablement l’univers culturel du thé en 1985 : il lance un thé glacé en canettes, « Kai Shi Oolong Tea Drink ».
Il est le premier chinois à créer un « prêt-à-boire » à base de thé véritable (et dans des proportions jamais utilisées : 5 grammes de thé) et non de produits chimiques.
Bien que possédant une histoire 5 fois millénaire, la consommation de thé connaît à cette époque une stagnation sur le marché mondial et ne se caractérise par aucune évolution en Chine : les Chinois ne sont pas amateurs de boissons froides, déconseillées par la médecine chinoise ; par ailleurs, ils n’ont rien changé à leur façon de préparer et de consommer leur boisson nationale.

Constatant que les Taïwanais sont pris entre un désir de retour à la tradition et une forte envie de modernité, Bob Yeh met au point Kai Shi Oolong, un thé glacé de qualité, sans arôme chimique, et lui adjoint un conditionnement et une politique marketing adaptés.
Il utilise un marketing au ton nouveau, destiné à inciter les jeunes Taïwanais à boire du thé (qu’ils perçoivent comme la tradition) plutôt que des boissons occidentales (l’affirmation de leur modernité).
Il conditionne Kai Shi Oolong en canettes, ce qui est une première sur ce marché pour les boissons sans alcool.

Il lance une grande campagne de publicité pour ce produit ; et comme cet homme réussit décidément tout ce qu’il touche, celle-ci remporte en 1995 le Grand prix du Festival de Cannes de la publicité !

Kai Shi connaît immédiatement un succès immense, surtout chez les jeunes Taïwanais, déjà habitués aux sodas glacés, et devient la boisson la plus populaire de Taïwan.

En 1994, Kai Shi Oolong marque un record historique, jamais encore égalé, et qui influencera tout le marché asiatique des thés prêts à boire : avec 190 millions d’euros de ventes pour cette seule année, Kai Shi devient la marque n°1 des boissons (devant Coca-Cola !)
En 1996, il génère à Taïwan un chiffre d’affaires 3 fois supérieur à celui de Coca-Cola …

Philip Kotler, professeur de marketing mondialement connu et considéré comme le plus grand universitaire du marketing, a d’ailleurs consacré un chapitre de son livre « Principles of marketing » à cette épopée, intitulé… « Look out Lipton, here comes Oolong ! » (“Méfie-toi, Lipton, Oolong arrive ! »)

Avant même les notions de succès et de profit, l’idée de Bob Yeh était d’associer la nouvelle génération de Taïwanais à la tradition millénaire du thé, de dépoussiérer l’image de cette boisson, de créer un conpromis entre la tradition et la modernité.
Il s’est appuyé sur la culture et l’art taïwanais pour établir une politique de développement et concevoir une image contemporaine et colorée de chaque bouteille.

L’art de vivre à la française…
En 2004, Bob Yeh devient l’embouteilleur et le distributeur exclusif d’Orangina à Taïwan. Il le positionne immédiatement sur le haut-de-gamme des boissons sans alcool.
L’homme des défis gagne une fois de plus son pari : Orangina devient la boisson chic, servie dans les show-rooms de marques aussi prestigieuses que Christian Dior, Chanel, Swarovski, Vivian Westwood…


… jusqu’à la pétanque !
Dans un autre domaine, en 2005, il découvre la pétanque, totalement inconnue en Chine, et pour laquelle il éprouve un véritable coup de foudre.
Qu’à cela ne tienne : il introduit les boules Obut à Taîwan et fonde la Fédération Taïwanaise de Pétanque – dont il vient d’être élu président.
C’est ainsi que la pétanque est devenue, à Taïwan, le dernier sport branché, pratiqué par tous les leaders d’opinion !

En 2006 , l’équipe de la Fédération Taïwanaise de pétanque a participé pour la première fois au concours de la coupe asiatique de pétanque… et a gagné 1 médaille d’argent et 2 de bronze !

Membre du Conseil d’administration de l’Alliance Française, Bob Yeh distribue par ailleurs les produits de beauté René Furtherer (Laboratoires Pierre Fabre) à Taïwan.

Lao Tsu Say : à l’assaut du marché européen
Amoureux de l’Occident – et tout particulièrement de la France – Bob Yeh décide de marier la tradition chinoise du thé aux attentes occidentales : « Les Français sont très attirés par la notion de « zen », par le taoïsme - avec le feng shui, par le thé vert… »
Tout naturellement s’impose à lui le nom de Lao Tsu, philosophe chinois du 6ème siècle avant JC, père du taoïsme, (l’enseignement et la paix par la contemplation de la nature, loin des affaires des hommes ; l’instinct et la conscience mènent la conduite ; la simplicité est la clé de la vérité et de la liberté ; la puissance ne s’utilise qu’avec l’amour et non la force), inventeur du Yin et du Yang, qui a eu une énorme influence sur la pensée et la culture de tout l’Extrême-Orient. Il est considéré par le taoïsme religieux comme un dieu et l’ancêtre de toutes les écoles.

Présenté au SIAL en 2002, à Anuga en 2003, Lao Tsu Say fait sensation et trouve des distributeurs pour l’Europe.
En 2004, il reçoit le prix Tendance et Innovation au SIAL.


Le Yin et le Yang sont deux catégories symbiotiques et complémentaires que l’on peut retrouver dans tous les aspects de la vie et de l’univers. Le Yin est associé à la lune, qui représente la part féminine de la nature ; le yang est associé au soleil, part masculine de la nature.
Le Tao est le chemin, la manière. Il résulte de la dynamique du Yin et du Yang, l’unité au-delà du dualisme.

Quelques enseignements de Lao Tsu :
- L’échec est le fondement de la réussite.
- Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble.
- Savoir se contenter de ce que l’on a, c’est être riche.
- L’homme qui sait ne parle pas. L’homme qui parle ne sait pas.
- Donne un poisson à un homme, tu le nourris pour un jour. Apprends-lui à pêcher, il se nourrira toute sa vie.

Un amoureux de la France
Demandez à Bob Yeh pourquoi il a jeté son dévolu sur la France, il vous répondra « Because I love you ».

En 1990, en quête de repères culturels et lassé de l’esprit de consumérisme et de business des jeunes Taïwanais, il décide de partir pour la France : « Alors j’ai visité la France, j’ai vu que la culture était tous les jours, et partout. France gave me a choc. France is my mother and my lover ».

De retour dans son pays, il décide de vivre sa propre culture de la même manière, « partout et tous les jours ».

Il multiplie depuis les voyages entre notre pays et le sien, afin de maintenir le contact entre deux cultures a priori très différentes.

De la canette à la pyramide…
En 2006, Bob Yeh crée l’emballage pyramidal pour le thé, destiné au départ uniquement au marché français.

Lao Tsu Say sachets pyramides a remporté le Prix du design du salon G-Mark à Taïwan, ainsi que le Prix Fast Moving Consommation Goods du salon IF de Hanovre, le plus important prix de design de tous les concours mondiaux.
Lao Tsu Say est la première marque asiatique à remporter ce prix dans le secteur de l’alimentation.


Blushing Blossom (Floraison Rougissante) de Lao Tsu Say est une collection révolutionnaire de 4 sachets pyramides, porteurs de la sagesse de Lao Tsu et de la philosophie du Tao.
Chaque thé est contenu dans un berlingot en papier cartonné très coloré, véritable objet de décoration en lui-même.

Si la présentation de Lao Tsu Say est unique au monde, les terroirs qui ont donné naissance à ses thés le sont également !
L’île de Taïwan est en effet particulièrement adaptée à la culture du thé, et des techniques de production pointues, perpétuées par la tradition chinoise, permettent d’obtenir l’un des meilleurs thés du monde.
Rens. : www.laotsusay.com