27.6.07

Nicolas Feuillatte lance le Brut Extrem’

Dans la famille Brut, Nicolas Feuillatte joue les extrêmes, côté sans sucre !

Il y a brut et brut.
Selon que le champagne est plus ou moins ou pas du tout dosé (1), il sera brut, extra brut ou brut nature.
Pour le dernier, sans sucre, lorsqu’il élabore sa cuvée, le chef de caves fait un choix au caractère irréversible.
Il n’a pas droit à l’erreur. En effet, il ne peut pas « rattraper » une acidité trop forte par exemple et donner une apparente rondeur au nectar par le complément sucré d’une liqueur de dosage car, par essence, il est sans ajout. L’assemblage projeté, il n’aura pas d’alternative et est condamné à la réussite. A partir d’une matière première sans défaut, le vin évoluera dans un parfait équilibre.

Pour son Brut Extrem’, c’est cette méthode qu’a retenue le chef de caves Nicolas Feuillatte. Un choix réfléchi mais courageux. Les approvisionnements en raisin de grande qualité et le métier de Jean-Pierre Vincent permettent de relever ce défi. Il a puisé parmi les meilleurs crus que lui fournit un vaste vignoble pour réaliser le dernier-né du Champagne Nicolas Feuillatte.
Si les premières bouteilles de Brut Extrem’ sont élaborées à partir de chardonnay, le chef de caves ne cache pas son souhait de ne pas se limiter à ce seul cépage pour les suivantes.
« Les cépages, les crus et leurs proportions retenus vont évidemment changer dans la composition de la cuvée au fil des ans, précise Jean-Pierre Vincent. C’est la base de la réussite d’un champagne nature et, par définition, pour obtenir ce même équilibre et cette réussite identique à l’avenir, l’assemblage des cépages prendra forme selon leur qualité intrinsèque du moment. »

(1) Le dosage est l’opération qui consiste, après dégorgement, à ajouter une liqueur dite d’expédition composée de sucre candi dissous dans du vieux vin de Champagne. Cette action permet d’adoucir l’acidité naturelle du vin. Les proportions de ce complément sont strictement contrôlées.

« C’est un plus évident et si cette production est une niche dans la
production de Nicolas Feuillatte (plus de huit millions de bouteilles
par an) elle n’en est pas moins importante à nos yeux. »
Dominique Pierre, Directeur Général.



Ce Brut Extrem’ vient compléter et enrichir la gamme Nicolas Feuillatte
Le Brut Extrem’ est une cuvée qui porte bien son nom et s’invite d’abord à… l’extrême début du repas.
Son entrée dans la gamme Nicolas Feuillatte arrive au bon moment, avant de se mettre à table et pour donner envie de poursuivre avec une autre bouteille maison.
Historiquement et jusqu’à une époque avancée, Français, Allemands et Russes affectionnaient le champagne sucré. Ils aimaient que le vin pétillant soit dosé. Au contraire, en Angleterre, les amateurs le préféraient sec et, petit à petit, ce goût s’est imposé au monde.
Aujourd’hui il est très tendance, parfaitement en adéquation avec les philosophies d’art de vivre actuel, à l’affût de pureté, de produit naturel et de cuisine authentique.
Ce Brut nature est une cuvée destinée aux amateurs avertis en quête de sensations fortes. Partir à la découverte du Brut Extrem’ c’est explorer de nouvelles sensations gustatives, des territoires… extrêmes. Bon voyage !

« Ses années de vieillissement
lui confèrent une rondeur
de bon aloi. »
Jean-Pierre Vincent, chef de caves.

Impressions de dégustation
Oeil :
La couleur jaune d’or pâle séduit l’oeil. Belle brillance. Remarquable limpidité. Evoque inévitablement la pureté. Nombreuses et très fines bulles en grande activité. Collier persistant.
Nez :
Un nez sympathique de sous-bois, humus mâtiné d’épices, des arômes contrastés, d’agrumes
mêlés de fragrances fruitées et de gomme acidulée. Pointe de mimosa.
Bouche :
Une impression de grande fraîcheur et de naturel prévaut en bouche pour ce champagne très
gouleyant. Le palais impeccable donne envie de poursuivre. En un mot, il met en appétence.
Association mets / vin :
Champagne d’un moment, sa place est à l’apéritif. Pour une mise en bouche quel que soit le menu à suivre.
Il évoluera avec élégance sur des huîtres, éclipsant le citron. Grâce à sa personnalité non dénuée de maturité, il s’encanaillera volontiers en compagnie de bulots ou bien se montrera très à l’aise
sur des crevettes au naturel. On l’imagine aussi sur des sushis.
Ses qualités de fraîcheur et son absence de sucre permettent de l’imaginer servi au cours d’un long et empâtant repas, entre viande et fromage, pour une remise en virginité des papilles. En théorie heureux en présence d’une note vanillée, il n’enchantera pourtant pas un dessert qui requiert un nectar plus dosé.
Prix de vente public indicatif : 32 - 35 € T.T.C chez les cavistes.
Points de vente au +33 (0)3 26 59 55 50

A propos du Champagne Nicolas Feuillatte
En 1986, le Centre Vinicole - Champagne Nicolas Feuillatte devient propriétaire de la marque
Nicolas Feuillatte.
30 ans plus tard, le Champagne Nicolas Feuillatte se place parmi les 5 premières marques de
Champagne, dépassant les 8 millions de bouteilles vendues en 2006 et une présence internationale dans plus de 80 pays.
Grâce aux 5 000 vignerons adhérents, le Centre Vinicole - Champagne Nicolas Feuillatte bénéficie d’un large et riche approvisionnement en raisins de qualité.
Au-delà de sa gamme traditionnelle, la Collection de Grands Crus millésimés, la Cuvée 225 millésimée et sa nouvelle marque Palmes d’Or Champagne ! permettent à Nicolas Feuillatte de faire une entrée remarquée sur les grandes tables, dans les hôtels de prestige et les lieux branchés.
Nicolas Feuillatte est une marque jeune qui aime cultiver sa différence, pertinente dans son
développement, elle est aussi impertinente dans sa communication : fin 2006, les montgolfières et le bateau à aubes de sa nouvelle campagne publicitaire ont fait voyager le consommateur vers un nouvel « Ailleurs ».
Pour en savoir plus www.feuillatte.com