14.12.07

BORDEAUX-AQUITAINE, CAPITALE MONDIALE DE LA DEGUSTATION EN 2008

Evénement unique sur la scène vitivinicole internationale en 2008 :
3 concours majeurs ouvriront leur porte à la même période (avril-mai)
et en un même lieu (Bordeaux-Aquitaine),
3 concours qui ont chacun leurs spécificités.


12 avril : Challenge International du Vin à Bourg sur Gironde
concours rassemblant 5 300 vins du monde entier et ayant la particularité de compter des consommateurs avertis parmi ses 900 dégustateurs. Créé en 1977, 2008 en est la 32eme édition. Tous les vins sont dégustés en une matinée et la logistique assurée par une centaine de bénévoles.

18, 19 et 20 avril : Concours Mondial de Bruxelles à Bordeaux
ce concours qui se déplace chaque année dans le monde, a choisi en 2008 la France et Bordeaux pour ses liens traditionnels avec la Belgique et sa capacité logistique. Les 5 700 vins participants sont issus du monde entier. Le jury, composé de professionnels, est international.

10 mai : Concours de Bordeaux-Vins d’Aquitaine à Bordeaux
3 600 vins issus de Bordeaux et d’Aquitaine dégustés par un jury de professionnels. Ce concours est le seul à être certifié ISO 9001-version 2000 pour son organisation et à être engagé en faveur du développement durable, tant dans sa logistique que dans sa communication. C’est aussi le plus ancien : 2008 en est la 52eme édition.

La force de 3 concours permet une synergie de communication : B TOGETHER

A cette occasion, les concours, en partenariat avec le CRVA (Conseil Régional des Vins d’Aquitaine), lancent l’opération B TOGETHER, un programme commun ayant pour but d’informer les acteurs de la filière vin de l’offre simultanée des 3 compétitions. Une nouvelle dynamique née de la volonté des professionnels de la filière vin de Bordeaux et d’Aquitaine de communiquer ensemble.

Concrètement, l’opération se traduit par :
- l’organisation de 2 conférences de presse, l’une sur Bordeaux le 4 décembre, l’autre sur Paris le 5 décembre 2007.
- l’engagement réciproque des concours à communiquer les uns pour les autres auprès des producteurs de vins et des dégustateurs.
- la mise en ligne d’un blog destiné à présenter les particularités et les complémentarités des 3 concours, pour aider les participants dans leurs choix : http://btogether@over-blog.com

Une logistique qui ne s’improvise pas
La synergie de cet événement réunira des vins de près de 50 pays et plus de 2 000 dégustateurs sur la région de Bordeaux ! Cela représente 70 000 bouteilles manipulées, près de 10 000 heures consacrées à la dégustation, 15 000 vins dégustés et 70 000 fiches de dégustation remplies.
4 029 médailles ont été décernées en 2006 : 1 640 médailles par le Concours Mondial de Bruxelles, 1 407 par le Challenge International du Vin, et 982 par le Concours de Bordeaux-Vins d’Aquitaine.

Les médailles : un véritable tremplin commercial
Pour le producteur, apposer une médaille sur ses bouteilles offre une valeur supplémentaire aux produits. Elle sert de repère pour l’acheteur, qu’il soit consommateur ou professionnel du négoce, en France et à l’étranger.
Mentionner la médaille au sein des supports publicitaires est également un excellent moyen de valoriser l’image des vins. Cette médaille est aussi un moyen de se démarquer dans un contexte où la concurrence est particulièrement forte.


Conférence de presse du 5 décembre 2007 à Paris : les intervenants :
- Pierre Cambar, directeur du Conseil Régional des Vins d’Aquitaine, animateur
- Pour le Challenge International du Vin : Bernard Latouche, président et Jacques Blouin, Commissaire Général
- Pour le Concours Mondial de Bruxelles Baudouin Havaux, président et Thomas Costenoble, directeur
- Pour le Concours de Bordeaux-Vins d'Aquitaine : Louis Fournier, président

Quelques points évoqués lors de la conférence de presse du 5 décembre 2007

-quels sont les millésimes présentés pars les producteurs ?
Pour le Challenge International du Vin et le Concours Mondial de Bruxelles, aucun millésime n’est imposé. Le producteur peut présenter tous les vins disponibles à la vente au moment du concours.
Pour le Concours de Bordeaux-Vins d’Aquitaine, les millésimes sont les suivants ; 2006 ou 2007 pour le vin en vrac, 2005 ou 2004 pour les vins en bouteille. Les médailles sur les lots de vin en vrac apportent une vrai plus-value : ces vins sont très recherchés par le négoce.

-le regroupement des vins pour un jury de dégustation
Les échantillons à déguster sont regroupés au sein de séries homogènes (pays, couleur, appellation, millésime, cépage). Les vins sont dégustés à l’aveugle mais certaines informations comme le millésime et la couleur sont communiqués.
Au Concours Mondial de Bruxelles, des commissions spéciales sont prévues pour les vins mutés (Porto, Jerez, Madère, …) et les eaux-de-vie.

-les contrôles
Pour un vin présenté, plusieurs bouteilles sont demandées aux producteurs. L’une d’elle est réservée au contrôle analytique. Ces analyses, réalisées en laboratoire, permettent de s’assurer de la conformité du produit avec la réglementation. Une 2e bouteille est conservée pendant 1 an pour un éventuel contrôle par la D.G.C.C.R.F. (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes).
D’autre part, un contrôle aval a été mis en place afin de s’assurer que les vins médaillés se trouvant dans le commerce correspondent bien au vin qui a participé au concours. Ces contrôles se font de manière aléatoire. Grâce à son réseau international de dégustateurs, le Concours Mondial de Bruxelles peut faire prélever des vins dans le monde entier.

-la sélection des dégustateurs
Les dégustateurs sont tous des professionnels choisis pour leurs compétences en matière de dégustation. Seul le Challenge International du Vin fait intervenir des consommateurs avertis, c’est à dire des personnes formées à la dégustation mais pas professionnels du vin.
Les résultats de chaque jury sont soumis à validation en s’assurant de l’homogénéité des notations. Le Concours Mondial de Bruxelles a mis au point un traitement statistique permettant d’analyser et d’optimiser la fiabilité des résultats en en identifiant les principaux biais.
Les organisateurs de ces trois concours insistent sur l’importance du choix des dégustateurs car la qualité d’un palmarès en dépend.

-le public peut-il assister aux dégustations ?
II y a quelques années, cela a été proposé pendant le Concours de Bordeaux-Vins d’Aquitaine mais le public s’est rapidement ennuyé. Une réflexion est menée dans les différents concours. Pourquoi pas l’installation d’une webcam dans les salles de dégustation, … ?

-l’invitation de journalistes et d’équipes de télévision ?
Pour les organisateurs de ces trois concours, il est important de faire savoir comment est organisé un concours et comment il se déroule. En effet, chacun a le souci de la transparence quant à son organisation et son déroulement.
Le Challenge International du Vin organise des voyages de presse sur plusieurs journées pour permettre aux journalistes de participer aux dégustations et de se rendre compte de toute la logistique mise en place en amont et pendant le concours.