23.1.08

2008 : 20e édition du concours gastronomique « Le Bœuf, les Races à Viande de France »

20 ans de recettes, ça se fête !

Découvrez les races à viande comme vous ne les avez jamais vues.

Ouvrez grand vos yeux… et vos papilles !


« DéSIGNe-moi une race à viande », l’événement anniversaire qui regarde sous la robe des vaches !

Du 7 au 23 février 2008, les races à viande s’exposent et se savourent à La Grande Epicerie du Bon Marché de Paris (38, rue de Sèvres 75007 Paris)

Pour fêter avec le grand public 20 ans de créations culinaires et de mise à l’honneur des races à viande, INTERBEV et le CIV créent l’événement à La Grande Epicerie de Paris.

Une exposition en partenariat avec Marc Brétillot, designer culinaire, et les étudiants de l’ESAD de Reims, ouvrira les champs du regard porté sur les races à viande.

Comment le design culinaire peut-il faire ressortir dans notre assiette les particularismes des races à viande ?

Comment le designer culinaire peut-il s’approprier la poétique évocatrice de leur nom pour que « Blanc-Bleu », « Limousine », « Salers », « Charolaise »… jouent de plaisir avec nos papilles ? …

Autant de questions comme autant de pistes de réflexion propres à interpeller et à améliorer notre connaissance des races à viande et de leur univers si riche de terroirs, de cultures, de pratiques.

Afin de créer une passerelle entre les étudiants de l’atelier de design culinaire de l’ESAD de Reims et les élèves cuisiniers impliqués dans le concours, l’exposition se fera itinérante et s’invitera en région dans les lycées hôteliers accueillant et participant au concours « Le Bœuf, les Races à Viande de France ».

Enfin, le plaisir des yeux ne doit pas faire oublier celui des papilles : du 11 au 20 février 2008, les chefs parrains et les anciens lauréats qui ont fait l’histoire du concours animeront des dégustations culinaires pour tous les visiteurs gourmets de La Grande Epicerie de Paris.

En parallèle de l’événement DéSIGNe-moi une race à viande,

le cœur de La Grande Epicerie de Paris battra au rythme des races à viande avec leur mise à l’honneur au rayon boucherie et au comptoir de restauration Pic Nic.

Les animations culinaires

Les animations – dégustations se dérouleront dans le corner La Cuisine près du Comptoir Pic Nic. Elles seront ouvertes au grand public et accessibles à partir de 18h00.

Chacune des 4 animations de chefs proposera une interprétation culinaire particulière et un voyage gustatif en pays races à viande…

Les animations culinaires

C’est Frédéric Coursol, chef de l’Hôtel Radio à Chamalières et chef parrain du concours 2007, qui ouvrira le bal le lundi 11 février prochain.

Mercredi 13 février, François Pelletier, lauréat bourguignon édition 1999 et actuellement 1er chef de partie au Café de la Paix de Paris, prouvera qu’il est désormais l’égal de ses pairs.

Mardi 19 février, ce sera au tour d’Eric Guérin, chef de la Mare aux Oiseaux sur l’Ile de Fredun et chef parrain région Pays de Loire 2005, de nous conter avec poésie les races à viande.
Enfin, parrain Rhône Alpes 2004, Davy Tissot, chef de la Villa Florentine à Lyon, clôtura les festivités gourmandes le mercredi 20 février.

L’exposition

Ce sont en tout 16 projets qui seront présentés.
Exposés sous forme de photographies et de maquettes pour quelques uns, ils seront visibles de plusieurs espaces de la Grande Epicerie de Paris.
Un principe d’accrochage recto verso suspendu dans les airs au-dessus de la boucherie et entre le comptoir Pic Nic et l’espace traiteur permettra aux gourmets flâneurs de découvrir l’univers des races à viande vu au travers du design culinaire.

L’exposition fait l’objet d’un catalogue de 32 pages offert aux visiteurs et disponible sur demande pour la presse auprès de l’agence Le Dire et le Goût et du CIV.

A partir du 7 février, l’exposition sera également visible en ligne sur le site www.civ-viande.org.

Vous avez dit design culinaire ?

A la croisée des chemins, quand le design rencontre le produit alimentaire et les acteurs des métiers de bouche, se trouve, ce qu’il est convenu d’appeler, le design culinaire.
Le design Q pour les intimes investigue alors sur de nouveaux rapports entre l’objet-aliment pris comme matériau et sa production-consommation.

Du bout de la fourchette, du fond de nos assiettes et même sous la voûte de nos palais, il invite le mangeur à tenter l’aventure de nouvelles approches sensorielles. Chamboulant nos repères de prise alimentaire, le design culinaire engendre des perspectives pour d’autres rituels, d’autres gestes autour du repas. Se jouant de nos référentiels, détournant fond et forme, il invoque un nouvel imaginaire, l’essentiel restant de provoquer plaisir et émotion.

*École Supérieure d’Art et de Design

La bavette de Marc Brétillot

L’atelier de design culinaire de l’ESAD* de Reims a

7 ans d’existence, l’âge de raison où l’on reçoit son premier canif… L’âge et l’opportunité offerte sur un billot par le CIV de tâter de la viande de race. La vigueur de la jeunesse pour la croquer (comme une esquisse) à belles dents.

Le regard des étudiants, consommateurs déjà exigeants et futurs acteurs de ce monde en constante mutation accélérée, est précieux. Il nous raconte par petites touches expressives quels sont les rêves, les préoccupations, les directions que les jeunes, à la veille de leur entrée dans la vie active, imaginent.

La première étape du travail a été de visiter un élevage bovin de races à viande non loin de la ville des sacres. Un car rempli, accueil chaleureux à la mairie de Crugny (51), direct sur le terrain, sur-chaussures pour affronter les flaques dans le champ et encerclement en règle d’un beau spécimen de Charolaise. Monsieur Mickaël Marlette, éleveur, nous explique la morphologie bien faite de Pâquerette. Il communique son enthousiasme aux étudiants qui, en retour, le bombardent de questions. L’intérêt et l’implication sont bien réels.

Chacun, avec sa sensibilité, sa culture alimentaire, développe des approches singulières. La diversité des propositions est en miroir de la diversité des races comme un écho plein d’avenir.

L’atelier de design culinaire de l’ESAD de Reims

En 2000, le design culinaire est né à l’ESAD de Reims alors précurseur de cette discipline.

Il s’agit d’approcher le vaste monde alimentaire par les filtres, les cultures, les méthodologies du design. Le travail mené ne doit pas être une simple recherche décorative, mais bien un travail de fond sur le sens. Les étudiants apprennent les outils conceptuels et de formalisation du designer qu’ils utilisent pour croiser leurs regards avec ceux des métiers de bouche. C’est dans le partage des expertises respectives et des passions que se concrétisent les projets.

L’atelier, optionnel, est une ouverture et non une spécialisation, accessible aux étudiants designers intéressés par les questions alimentaires.

La pédagogie de l’école est menée par une équipe de créateurs reconnus. Pluridisciplinaire, l’enseignement permet à l’étudiant de développer ses propres cheminements.

La multiplication des partenariats extérieurs montre l’intérêt croissant des industriels, organisations ou artisans de l’alimentation inscrivant cette nouvelle discipline dans une réalité qui va bien au-delà d’un effet de mode.