16.1.08

Appellation Montlouis-sur-Loire : une ZONE AGRICOLE PROTÉGÉE et un PÉTILLANT NATUREL NON DOSÉ

Au chapitre des nouveautés de l’appellation Montlouis-sur-Loire qui ont été officialisées fin 2007 : une ZONE AGRICOLE PROTÉGÉE et un PÉTILLANT NATUREL NON DOSÉ.Vous pourrez retrouver les vignerons de l’appellation Montlouis sur Loire au salon des vins de Loire qui se tiendraà Angers les 4, 5 et 6 février prochains.

UNE ZONE BIEN PROTÉGÉE
La ville de Montlouis sur Loire, qui compte plus de onze mille habitants, est fière d’être à la fois ville de culture (un prestigieux festival de jazz), ville ligérienne (une Maison de la Loire s’y est installée il y a une vingtaine d’années) et ville viticole (appellation d’origine contrôlée dès 1938). Depuis longtemps, la municipalité travaille en étroite collaboration avec le syndicat du cru sur ce dlssier. Afin de préserver leur belle campagne et une partie de leur vignoble des méfaits engendrés par l’urbanisation galopante de l’agglomération de Tours, la municipalité de Montlouis-sur-Loire, en accord avec les vignerons, s’est armée d’une zone agricole protégée (ZAP) qui interdit toute sorte de construction, y compris l’érection d’une simple cabane de jardin. Cette zone, la première du genre en France, va protéger 10 % du territoire communal, soit 322 hectares de vignes concentrés en priorité sur les premières côtes où se trouvent les parcelles les mieux exposées, donc les plus convoitées par les promoteurs. La zone agricole protégée est une servitude d’utilité publique instaurée par le Préfet à son initiative ou sur proposition de la commune. La ZAP a notamment pour effet de soumettre à l’avis de la Chambre d’Agriculture tout changement d’affectation ou mode d’occupation du sol qui altère durablement le potentiel agronomique, biologique ou économique d’une zone agricole. En cas d’avis défavorable, le changement ne peut être autorisé que sur décision motivée du Préfet. Plus draconienne qu’un plan local d’urbanisme, cette ZAP permet de concilier les dynamiques urbaines et viticoles, une meilleure entente entre citadins et agriculteurs, tout en assurant l’avenir, sachant que, même en cas de changement de municipalité, il ne sera pas possible de la supprimer. Prochaine étape municipale, toujours en concertation avec le syndicat du cru : la création d’une zone d’activité viticole afin de répondre au besoin de bon nombre de viticulteurs de l’appellation Montlouis sur Loire en bâtiments de vinification et de stockage de matériels et de bouteilles. Un exemple que bien des communes vigneronnes devraient méditer…

UN PÉTILLANT NATUREL NON DOSÉ
Les vignerons de l’appellation Montlouis sur Loire finalisent l’élaboration d’un cahier des charges très strict pour l’élaboration d’un effervescent « haut de gamme » dont le nom retenu pour le moment est « Pétillant Originel ». La particularité du pétillant naturel non dosé repose sur une « philosophie » impliquant le respect de règles qualitatives contrôlées régulièrement à chaque étape de l’élaboration, de la vendange manuelle au bouchage liège maintenu par un muselet, mais sans plaque. L’agrément de ce pétillant particulier se fera sur lattes, avant l’opération de dégorgement, pour un vin ayant moins de 5 gr par litre de sucres résiduels, soit l’équivalent d’un « brut nature » ou « non dosé ». Quelques règles du cahier des charges : Les rendements ne devront pas être supérieurs aux rendements autorisés pour les vins tranquilles d’appellation Montlouis sur Loire, soit 52 hl/ha pour les Montlouis « tranquilles » ou 65 hl/ha comme pour les Montlouis pétillants.

Chenin 100 %.
Degré minimum sur moût : 11,5 % vol.
Pressurage de la vendange entière. Pressoir pneumatique obigatoire ou mécanique, mais sans chaînes ni cercles.
Pas de levurage, ni de chaptalisation.
Pas de liqueur de tirage, ni de liqueur d’expédition.
Le SO2 est autorisé sur vendange, sur moût et sur vin.
Temps d’élevage sur lattes de 9 mois minimum. Il est prévu de commercialiser ce vin dès la récolte 2007 autour de 7 € minimum la bouteille.