4.6.08

Faites une pause soleil avec le melon charentais jaune


LE MELON CHARENTAIS JAUNE, QUI EST-IL VRAIMENT ?

• C’est le roi des melons des régions de France.
• 100 % français : il est le seul à être cultivé par les producteurs de France, et est exclusivement consommé en France.
Si bien qu’il peut être fier de son empreinte écologique.

• Il orne les étals de la mi-mai à la fin septembre
Le melon charentais vert, que l’on trouve dès le mois d’avril, est un produit importé d’Espagne ou du Maroc. Il est certes souvent moins cher que le melon charentais jaune, parce qu’il demande moins de soin et de savoir faire. Le melon charentais jaune est reconnu pour ses qualités organoleptiques supérieures (odeur, goût, texture…)

• Comment bien le choisir ?
Certains soupèsent, d’autres tâtent, sentent, jugent la couleur ou encore, tentent de reconnaître les melons « mâle » des « femelle ». Mais comme l’ange, le melon est hermaphrodite ! La largeur de l’auréole située à l’opposé du pédoncule n’a donc aucune influence sur la qualité gustative du melon.
Son pédoncule, ou pécou se décolle systématiquement quand le melon est à maturité. Il faudra donc le choisir avec une craquelure au niveau du pédoncule.
Sa peau peut être lisse ou brodée, ce qui ne change rien à son goût. En revanche, Ce melon est dit « jaune » car sa robe change de couleur à maturité, ce qui le distingue des melons charentais verts.
Plus il est mûr, plus il est parfumé.

• Comment bien le conserver ?
Les melons charentais jaunes sont cueillis lorsqu’ils sont mûrs à point : ils se conservent quelques jours seulement dans le bac à légumes du réfrigérateur. Enveloppé d’un film plastique, il ne communiquera pas son odeur aux autres aliments.
Pour prolonger le plaisir tout au long de l’année, il suffit de conserver des billes de melon dans un sachet hermétique, au congélateur.

• Il a tout bon le melon !
Si on le qualifie communément de fruit, sans doute à cause de sa chair sucrée, il appartient pourtant à la grande famille de cucurbitacées, et c’est donc un légume ! Un légume dit « crudité » aux nombreuses vertus…
Avec ses 95 % d’eau, il est très peu calorique (seulement 30 calories pour 100 g).
Sa teneur en sucre est assez élevée lorsqu’il est mûr à point (12° Brix).
En plus d’être rafraîchissant, le melon charentais jaune est également riche en vitamines et minéraux.
- carotène / provitamine A : 2 mg pour 100 g (50% des AJR*)
- vitamine C : 25 mg pour 100 g (35% des AJR)
- potassium : 300 mg pour 100 g
- oligo-éléments, fibres et minéraux font également partie de liste des qualités du melon.
* AJR = Apport Journalier Recommandé
La provitamine A contenue dans le melon est excellente pour la vue et la peau. Anti-oxydant grâce au carotène, le melon charentais jaune est aussi un bon partenaire minceur car il facilite l’élimination.
L’huile de graine de melon, comestible, possède des propriétés pectorales et calmantes.

LE MELON CHARENTAIS JAUNE, D’OU VIENT-IL ?

Sans doute originaire d’Afrique tropicale et subtropicale, connu en Chine mille ans avant J.C, apprécié en Europe du Sud depuis l’Antiquité, le melon fut introduit en France à la fin du XVe siècle par Charles VIII, qui le rapporta, lors des guerres d’Italie, de Cantalupo, domaine voisin de Rome appartenant aux papes. Ceux-ci développèrent ensuite la culture du melon près d’Avignon.
Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le melon, encore rare, est un met précieux.
Parmi les amateurs de melons, on compte notamment Henri IV et Alexandre Dumas.

Où pousse-t-il ?
Le melon charentais jaune représente environ 90 % de la production française de melons.
Il ne pousse pas qu’en Charente, même si l’on, peut imaginer qu’il tient son nom de son bassin de production d’origine…
Aujourd’hui, les régions productrices de melons charentais jaunes sont le Centre-Ouest, le Sud-Ouest et le Sud-Est, où les cultures en plein air se développent fortement.
Il est présent sur les étals de mi-mai à fin septembre, où la production française de melons charentais jaunes est encore importante et toujours d’excellente qualité. Il faut donc en profiter pour prolonger les délices des vacances. Une pause ensoleillée, légère et digeste.


QUELLE EST SA CULTURE ?
La plante de melon est une liane herbacée assez longue, qui fleurit de mai à septembre. Le melon possède de grosses feuilles légèrement lobées et des fleurs jaunes monoïques (chacune possède un sexe distinct).

Fruit du soleil de l’été
Pour s’épanouir, il a besoin d’une terre à la fois fraîche, riche en humus et bien drainée. Lorsqu’il fait très chaud, ses racines descendent jusqu’à un mètre sous terre afin de trouver les nutriments dont il a besoin.
Il doit aussi être baigné de chaleur et de soleil, et se plaît dès que la température dépasse les 15°C. Par conséquent, le semis a lieu entre février et juin, selon les régions. Au printemps, la culture se fait encore sous tunnels, chauffés ou non. En été, les melons s’épanouissent en plein champs.
Au cours de la pousse, il faudra parfois tailler les plants de melons à plusieurs reprises et les arroser d’une eau à température ambiante selon leurs besoins.
Un melon pousse en trois à quatre mois et pèse environ 800 grammes à 1 kilo à la cueillette.

Quels que soient les terroirs, la cueillette peut commencer lorsque l’odeur se fait plus forte, les feuilles commencent à jaunir et le pédoncule se décolle…
Du semis à la cueillette, le melon fait appel au savoir-faire de ses producteurs : un fruit cueilli trop tôt manquera de goût. Le MCJ est récolté à partir du 15 mai dans le Sud-Est, du 15 juin dans le Sud-Ouest et du 1er juillet dans la région Centre-Ouest.


Le melon en quelques chiffres

La culture des melons en France s’étend sur plus de 14 500 hectares et la production française en 2007 dépasse les 290 000 tonnes.

La plupart des melons sont achetés en hyper et supermarchés (55,3 % en 2007), le reste des achats s’effectuant sur les marchés (21,5 % en 2007) et chez les vendeurs de primeurs (9,9 % en 2007).

Les Belges, Suisses, Italiens, Allemands et Britanniques raffolent du melon français, qui s’est ainsi exporté à plus de 24 000 tonnes en 2007. De son côté, la France importe très peu de melons charentais jaunes. En effet, elle en importe surtout du Maroc, pays qui produit essentiellement des melons charentais verts.


Le melon dans tous ses états : les recettes

Entrée, plat, dessert, confiture, sorbet… Le melon offre une multitude de possibilités. De la fraîcheur et du goût : de mai à septembre, le melon charentais jaune règne. Il se déguste en toute simplicité, « nature », et quel que soit le moment du jour ou de la nuit !
Le melon est également source d’inspiration. Il se marie parfaitement avec de nombreux aliments sucrés ou salés… Un mariage fait de melon sera toujours un mariage de bon goût !

Le chef Sylvain Sendra (anciennement Le Temps au Temps, rue Paul Bert, Paris 11e ardt) a inauguré, au tout début de la saison du melon en France, son nouveau restaurant, Itinéraires, au 5 rue Pontoise, Paris 5e. Il livre ici deux recettes savoureuses autour du melon charentais jaune.

• Brochettes d'agneau à la menthe et au melon
Pour 4 personnes :
400 gr de petit dés d'agneau taillés dans l'épaule
1 melon charentais jaune, bien ferme, coupé en gros dés
1 bouquet de menthe
Sel, poivre
4 épices

Piquer le melon sur des brochettes, puis l'agneau. Assaisonner de sel, poivre et 4 épices, agrémenter d’une feuille de menthe. Recommencer l'opération, puis cuire la brochette au barbecue ou a la poêle.

• Stratifié melon fraise
Pour 4 personnes :
1 melon charentais jaune
150 gr de sucre
400 gr de fraises
50 gr de glaçon
chantilly
5 cl de porto ou maury

Séparer le melon en 2. Mixer la première moitié avec un peu de sucre et un peu d'eau comme pour un coulis, et y ajouter un trait de porto. Mixer les fraises avec le sucre pour obtenir la consistance d’un coulis épais. Dans un mixer, mélanger le melon avec le même volume de glaçon, en ajoutant un peu de sucre. Dressez dans un verre un peu de jus de melon, puis doucement pour ne pas mélanger les 2 appareils, un peu de jus de fraise, ensuite le semi fredo melon et enfin la chantilly !


Quelques idées autour du melon
Alliance salée :
Le jambon de Parme, le saumon, le haddock et les fruits de mer adorent le melon.
Cuit, il accompagnera volontiers le poisson et la volaille. Il suffit de le poêler deux à trois minutes ou de le cuire en papillote.

Alliance sucrée :
Le melon aime avant tout les agrumes et les fruits rouges. Nature, rehaussé de jus de citron, il est aussi délicieux.
Une soupe fraîche est très simple à préparer et fait de l’effet en fin de repas : des billes de melon macérées dans un vin doux et le tour est joué !