3.9.08

Champagne Bollinger dans Quantum of Solace

A l’occasion de la sortie de Quantum of Solace le 31 octobre 2008, Bollinger qui reste plus que jamais le champagne de James Bond, lance un coffret collector très luxueux, le 007 BULLET. La Maison Bollinger a demandé au designer Eric Berthès de concevoir un objet de collection exceptionnel, symbolisant l’association entre la Maison d’Aÿ et l’agent de Sa Majesté.

L’idée retenue est celle d’une balle de revolver (dans l’esprit du Walter PPK) en étain massif, posée sur un socle revêtu de carbone. Cette balle, aux dimensions hors normes (environ 65cm) servira d’écrin pour un magnum de Bollinger 1999 entièrement habillé noir et argent. Une fois le magnum ôté, l’intérieur de l’objet se transforme en coffre compartimenté pour accueillir des objets personnels d’un homme d’aujourd’hui… Le coffre est fermé par une clé gainée de cuir.
Il sera produit [200+007] exemplaires de cet objet collector, tous numérotés. L’un d’entre eux sera vendu aux enchères au profit d’une œuvre de charité internationale.
Cet objet sera vendu au prix public moyen de 4.000€.

BOLLINGER LE CHAMPAGNE DE JAMES BOND

James Bond est né de l’imagination d’Ian Fleming, et de son expérience d’agent des Services Secrets britanniques.
Et la rencontre avec Bollinger ?
D’abord peut être un hasard, ou une succession d’heureuses coïncidences.En 1961, Albert R. « Cubby » Broccoli et son associé produisent le premier long métrage (Dr No), mettant devant les yeux de spectateurs ébahis les exploits du futur célèbre espion. C’est en fait neuf ans plus tôt en 1952, dans sa propriété Goldeneye à la Jamaïque, que Fleming écrit son premier roman, créant ainsi le mythe. Faut-il y voir une prémonition ou un clin d’œil du destin, mais c’est également en 1961 que Madame Bollinger – Tante Lily – met sur le marché à l’attention des plus grands fans de Bollinger le « R.D. » (récemment dégorgé), qui deviendra une cuvée de référence de la Maison. Un millésime 52 évidemment… né dans la fraîche humidité des caves d’Aÿ plutôt que dans la moiteur tropicale de Goldeneye…
Pour naturelle qu’elle soit, l’association entre deux mythes, Bollinger et James Bond n’aurait peut-être pas eu lieu si Cubby Broccoli et Christian Bizot, hommes d’action et de décision, ne s’étaient rencontrés il y a 35 ans et si le courant d’amitié entre les deux familles ne s’était pas d’emblée installé. Bond était à la recherche de l’archétype d’un grand champagne, très British, et Bollinger fier d’être incarné par un héros que tous les hommes rêvent ou ont rêvé d’être un jour, tour à tour dans la peau - entre autres - de Sean Connery, Roger Moore, Pierce Brosnan, et maintenant Daniel Craig.
Le deuxième livre d’Ian Fleming, « Vivre et laisser mourir » (qui voit Bollinger porté à l’écran pour la 1ère fois) commence par cette phrase : « Il y a des moments de luxe absolu dans la vie d’un agent secret ». On a une petite idée de ce qu’il voulait dire…
John Cork dans « The Legacy » dit encore, « si Ian Fleming n’avait pas inventé l’agent secret 007, le monde serait plus ordinaire, moins orné d’intrigue, plus pasteurisé, inélégant… ». Dans la Champagne moderne, Bollinger et son authenticité n’ont-t-ils pas inventé un style inimitable, une place à part ?
Quantum of Solace : le Synopsis
Trahi par Vesper, la femme qu’il aimait, James Bond (Daniel Craig) lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle. 007 et M (Judi Dench) interrogent Mr White (Jesper Christensen), qui révèle que l’organisation qui a fait pression sur Vesper est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu’on peut imaginer.
Les services de renseignement démasquent un traître du MI6, lié à un compte en banque à Haïti. James Bond s'y rend et rencontre la belle Camille (Olga Kurylenko), qui le conduit à Dominic Greene (Mathieu Amalric), homme d’affaires redoutable et pilier de la mystérieuse organisation.
Au cours de sa mission, qui l’entraîne en Autriche, en Italie et en Amérique du Sud, Bond découvre que l'objectif de Greene est de prendre le contrôle total de l’une des principales ressources naturelles du monde. Pour cela, il a des atouts de poids : ses nombreux contacts hauts placés de la CIA et des services secrets britanniques. Ceux-ci lui permettront notamment de s'allier au général Bolivien Medrano (Joaquin Cosio), à qui Greene a promis de renverser le régime afin de le placer à la tête du pays, en échange de terres apparemmentstériles...
Ne sachant plus à qui se fier, Bond s’allie à ses vieux amis et fait tout pour garder de l’avance sur la CIA, les terroristes et même M, afin de stopper le « Quantum ».
Dans ce qui sera le 22ème film de la saga, 007 croise Bollinger en 3 occasions : 2 réceptions spectaculaires, en Amérique du Sud ainsi qu’à Haïti et comme souvent, dans la chambre d’un palace.


Liste des Films 007
1973 Live and let die de Guy Hamilton – Cuvée Bollinger
1979 Moonraker de Lewis Gilbert – Cuvée R.D. 1969
1983 Octopussy de John Glen – Cuvée R.D.
1985 A view to a kill de John Glen – Cuvée R.D. 1973
1987 The Living Daylights de John Glen – Cuvée R.D. 1975
1989 Licence to Kill de John Glen – Cuvée R.D. 1979
1995 Goldeneye de Martin Campbell – Cuvée La Grande Année 1988
1997 Tomorrow never dies de Roger Spottiswoode – Cuvée La Grande Année 1989
1999 The World is not enough de Michael Apted – Cuvée La Grande Année 1990
2002 Die another Day de Lee Tamahori – Spécial Cuvée et La Grande Année 1995
2006 Casino Royale de Martin Campbell – Cuvée La Grande Année 1990
2008 Quantum of Solace de Marc Forster – Cuvée La Grande Année 1999