19.12.08

Le Dossier de Presse du Château La Pointe


Appellation : Pomerol
Propriétaires : Generali France
Directeur Général : Eric Monneret
Consultant : Hubert de Boüard de Laforest
Superficie : 22 hectares (5ème propriété de l’appellation par sa taille)
Terroir : sols à graviers et galets des terrasses de l’Isle, sols argilo-graveleux, sols sableux sur argiles et sols sableux sur graves
Cépages : 85% Merlot et 15% Cabernet Franc
Elevage : 100% barriques dont 50% barriques neuves
Production moyenne annuelle : 100 000 bouteilles
Commercialisation : 100% vente en primeur via les négociants de la Place de Bordeaux
Membre de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Origine du nom « La Pointe » :
« La Pointe » a pour origine la géométrie particulière de son vignoble, puisque juste à l’entrée du domaine il est possible d’observer une grande parcelle de forme triangulaire, en forme de pointe.


Histoire :
Son vaste parc de deux hectares et ses remarquables arbres séculaires d’un port superbe ont toujours fait du Château La Pointe une résidence charmante. Le véritable essor du Château date de la fin du second Empire. Malheureusement, l’histoire ancienne de la propriété est à ce jour mal connue. Nous savons toutefois que grâce à sa demeure Directoire le Château La Pointe fut en 1868 une des deux premières propriétés de Pomerol à avoir droit au mot « Château ». Déjà à cette époque le vignoble comportait 22 hectares, ce qui a toujours contribué à positionner le domaine comme l’un des plus importants de l’appellation. Des écrits rapportent que dès 1882 ses vins furent récompensés, notamment par une médaille d’argent à l’Exposition de Bordeaux, ainsi qu’à l’Exposition Universelle d’Amsterdam en 1883.

Les terroirs de Pomerol :
Très souvent l’amateur de vins résume Pomerol à la partie la plus haute du plateau, oubliant que l’appellation est plus complexe qu’elle n’y parait. Il est vrai que les Châteaux les plus illustres règnent sur le sommet de ce plateau, mais avec le jeu des terrasses successives qui descendent vers l’ouest, les Châteaux situés sur les résurgences de graves présentent également de très belles expressions de l’appellation.

Les sols du Château La Pointe :
Le vignoble du Château La Pointe se situe sur la descente de terrasse du Château Trotanoy, à côté du Château Nénin. Il serait réducteur et surtout incorrect de restreindre le terroir du Château La Pointe à la notion exclusive de « vin des sables », puisque les sols de la propriété n’ont rien de comparable avec les sables morts qui se retrouvent sur certains secteurs de l’appellation. Une étude récente a confirmé des résultats intéressants, répartissant le terroir du Château La Pointe en trois principaux types de sols :
- Secteur des graviers et galets des terrasses de l’Isle : des sols exceptionnels qui, par le jeu des résurgences issues des terrasses successives qui descendent vers l’ouest, s’apparentent aux graves du haut plateau de Pomerol.
- Secteur argilo-graveleux : des sols reconnus comme les meilleurs terroirs viticoles.
- Secteur sableux sur argiles et sur graves : des sols à fort potentiel mais avec des problématiques d’hydromorphie, donc qui souffrent d’excès en eau. Ils représentent 30% du vignoble. C’est sur ce secteur que se situe la plus grande marge de progression en qualité.

Suite à l’étude pédologique et géologique qui a été menée l’hiver dernier, d’importants travaux de drainage ont été aussitôt réalisés sur les secteurs hydromorphes. Il faut souligner que les effets du drainage sur l’abaissement du niveau des nappes d’eau souterraines sont quasi immédiats. Une meilleure régulation hydrique de la vigne permet, entre autres, d’attendre plus longtemps les raisins sur pied et donc d’atteindre de meilleurs niveaux de maturité.

Le vignoble :
Les vignes du Château La Pointe ont toujours été très bien entretenues, greffées sur des portes greffes qualitatifs, et régulièrement complantées. Le vignoble d’un âge moyen de 35 ans présente une densité de 6 300 pieds de vignes à l’hectare (plantation de 1,45 m par 1,10 m). Le cépage dominant est le Merlot à 85%, puis le Cabernet Franc pour 15%. Nous avons arraché l’hiver dernier un peu plus d’un hectare de Cabernet Sauvignon (qui représentait 5% de l’encépagement) considérant que l’association sol/cépage ne donnait pas un résultat satisfaisant.

Les rendements étaient jusqu’à maintenant assez généreux, notamment à cause des problèmes d’eau trop abondante. L’optimisation du drainage va permettre de revenir rapidement à un rendement de 35 hectolitres par hectare plus en phase avec la qualité attendue. Notre objectif n’est pas d’atteindre un rendement « de principe » à 20 hectolitres par hectare mais de travailler au bon équilibre du pied de vigne.

Vendanges, vinifications et élevage des vins :
Les vendanges manuelles sont réalisées en cagettes, puis les raisins sont triés sur deux tables successives avant d’être encuvés. Chacune des cuves étant équipées d’un système de contrôle des températures, les fermentations se déroulent dans les conditions nécessaires à l’obtention de vins de qualité. Selon les cépages, l’origine des sols et le millésime, les cuvaisons vont durer 3 à 5 semaines.

Les vins sont totalement élevés en barriques pendant 12 mois, avec, selon les millésimes, une proportion de 30 à 50 % de bois neuf, ce qui confère aux vins un boisé très juste. Jusqu’à aujourd’hui, le terroir du Château La Pointe donne spontanément des vins sans excès de puissance, dont la séduction se situe du côté de l’élégance.

Eric Monneret :


37 ans, marié, père de famille, ingénieur Agronome, travaille à Bordeaux depuis 12 ans. A débuté sa carrière comme Directeur Adjoint à Sauternes au Château Raymond-Lafon (famille Meslier). Cette expérience des vins d’Or a été une grande école de rigueur.

Generali France, motivation ayant déclenché cet investissement :
- Les assureurs doivent veiller à un bon équilibre entre leurs placements boursiers et leurs placements immobiliers. Investir dans le secteur viticole, c’est diversifier le portefeuille des placements immobiliers.
- Un vignoble est un investissement à long terme, et les assureurs sont habitués à gérer des stratégies à long terme.
- L’acquisition d’un Cru dans une appellation prestigieuse constitue une belle vitrine pour Generali France. Les Châteaux viticoles font plus rêver que l’assurance.

Les objectifs du Château
Le Château La Pointe à Pomerol a changé de propriétaires en novembre 2007. C’est Generali France qui s’est porté acquéreur suite à la décision de la famille d’Arfeuille de mettre en vente le domaine.

Rappelons qu’avec ses 22 ha de vignes en production, cette propriété est un des plus vastes domaines de Pomerol. Avec à peine 785 hectares, l’appellation Pomerol constitue une véritable pépite qui présente la particularité d’être très morcelée puisque la taille des propriétés n’y dépasse pas 5 hectares en moyenne.

Eric Monneret a été nommé Directeur Général et Generali France a de nombreux projets pour le Château La Pointe. Les professionnels du vin s’accordent à dire que le Château La Pointe a toujours produit des vins de qualité, mais beaucoup pensent qu’il est loin d’avoir exprimé tout son potentiel. Dès son arrivée, Eric Monneret a lancé plusieurs chantiers de réflexions visant à optimiser la qualité des vins et à développer l’image de la propriété :

1) Une étude complète des sols et des sous-sols de la propriété a été conduite par Pierre Becheler, géologue réputé qui a étudié entre autres les terroirs des Châteaux Cos d’Estournel, Palmer, Montrose ou Branaire Ducru. Ses résultats sont très intéressants et ils ont permis d’optimiser le système de drainage dès l’été dernier. Aujourd’hui, la propriété se base sur cette étude pour mettre en place un programme de gestion fine du vignoble à l’échelle de la parcelle, voir intra parcellaire.

2) Une rénovation du cuvier : Nous souhaiterions pouvoir vinifier dans des cuves de capacité plus petite afin de mieux respecter les particularités du vignoble et appliquer une gestion par parcellaire plus précise. Pour le confort des équipes et pour la qualité des suivis de vinification, nous envisageons de surélever la toiture du cuvier. D’autre part, pour se donner les moyens d’attendre une maturité optimale pendant les vendanges, nous étudions la possibilité de couper plus de rangs à la fois en une journée de travail, ce qui implique de reconsidérer la capacité de tri de la récolte au cuvier. Une réflexion de fond a été menée et les travaux de rénovation du cuvier débuteront début 2009.

3) Un nouveau consultant : Pour nous aider dans nos réflexions, nous avons décidé de faire appel à Hubert de Boüard de Laforest, co-propriétaire du Château Angelus à Saint-Emilion. Nous sommes convaincus que son expérience et sa vision des vins nous aidera dans nos projets.

4) Une promotion active : Membre de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, nous souhaitons à l’avenir être beaucoup plus proches de nos négociants, de leurs distributeurs et des amateurs de vins. Et pourquoi pas un projet d’accueil à la propriété, car nous nous refusons à l’idée que le Château La Pointe reste sans âme.

Contact Château :


Eric Monneret


Château La Pointe


BP:63 3


3501 Pomerol-Libourne Cedex
Tél. : +33(0)5 57 51 02 11
http://www.chateaulapointe.com/ (en construction)

1998 : Vin rouge à la robe rubis soutenue et brillante. Le nez est élégant sur des notes fruits rouges assez riches. On sent une plénitude dans le vin, qui s'exprime après un moment d'ouverture. En bouche l'attaque est franche et le vin a encore gardé une belle fraicheur finissant sur une note mentholée. Les tanins sont élégants, de nobles extractions. Ce millésime a gardé un beau potentiel tout en finesse comme on aimerait en trouver souvent. [Prix moyen : 51 € TTC].

2001 : Vin rouge grenat aux reflets rouge-brique. Le nez apparait de suite sous des notes de sous bois, ainsi que des notes de fruits rouges légèrement cuits. L'attaque en bouche est franche et le vin est à maturité. Les tanins sont tendres, avec un bel équilibre dans la structure. La rétro-olfaction de suite sur des notes tertiaires est agréable et le vin se livre de suite au plaisir du palais, se terminant sur des arômes de café grillé dû à son élevage, encore présent. [Prix moyen : 28 € TTC].

2005 : Vin rouge grenat profond. Disque rouge-brique intense. Le nez est fermé à l'ouverture de la bouteille. Il laisse cependant apparaître des notes de fruits rouges et d'épices dus à l'élevage. L'attaque en bouche est franche. Les tanins sont de belle qualité. La rétro-olfaction sur des notes de compote de griottes et de noyaux, laisse présager un beau potentiel. Les tanins sont puissants. [Prix moyen : 32 € TTC].

2006 : Vin rouge grenat de belle intensité. Reflets bleutés. Le nez est élégant sur des fruits rouges à belle maturité. La finesse se ressent déjà à l'ouverture de la bouteille, même si le vin n'a que quelques mois de mise en bouteille. La note d'élevage est encore présente, mais laisse deviner un beau potentiel. Une petite mentholée donne à l'ensemble de la noblesse. [Prix moyen : 22 € TTC].