10.6.09

LE CABERNET D'ANJOU, ON EN VEUT, ON EN JOUE


En mars 2009, le Cabernet-d’Anjou a créé l’événement, en plein cœur du Paris branché ! Sous la baguette magique d'Emmanuel de Brantes, jet-setteur notoire, quatre artistes ont fait de la première appellation de rosé demi-sec en France des sculptures... à croquer. Depuis, le blog Rose Gallery (http://rosegallery.over-blog.com) ne désemplit pas ! Billets et visites se multiplient, prouvant qu'il n'y a pas de saison pour ce qui est bon. VOILÀ L’ÉTÉ

Le soleil qui fait chatoyer les reflets roses, l'acidulé qui rafraîchit les grosses chaleurs, et cette petite touche sucrée pour la gourmandise... À la plage, sur une pelouse ensoleillée, une terrasse ombragée ou au comptoir d'un lieu branché, peu de vins se prêtent avec autant de grâce à la décontraction que le Cabernet-d'Anjou. De jour comme de nuit, il propose une pause, ludique ou complice. Pas bégueule, il accepte volontiers les mélanges, pourvu qu'il reste en bonne compagnie. À essayer en cocktail : deux tiers de Cabernet-d'Anjou, un tiers de jus de pamplemousse frais... ou l'inverse : c'est selon les goûts!

Et pourquoi ne pas renouveler la sangria ? Quand il fait chaud, quelques nectarines ou des pêches bien juteuses longuement marinées avec un clou de girofle, une gousse de vanille, plusieurs tours de moulin à poivre, quelques feuilles de menthe et du sucre selon le goût de chacun : rafraîchie, voilà une délicieuse soupe de fruits au Cabernet-d'Anjou.

Au retour du marché, en préparant le repas, lors des confidences entre copines – et entre copains ! -, pour un apéritif impromptu, un brunch, un slunch… Tous les moments sont bons pour rosir de plaisir.


ET A TABLE ?

Une envie d'iode. Pour frimer en maillot et plus encore à la rentrée, c’est le moment de la jouer light ! Une virée au marché, et le tour est joué ! Filets de rouget, langoustines, tourteaux et écrevisses marient volontiers leur chair délicatement sucrée à la tendresse d'un Cabernet-d'Anjou. Avec un pavé de thon rouge au piment d'Espelette et sa ratatouille, le poivron établit un lien malicieux entre le vin du Nord et les légumes du Sud.

Déjeuner sur l'herbe. Une tarte à la tomate, un méli-mélo de jambon cru et melon mûr à souhait, un chèvre frais au poivre rose... Le vin est ton sur ton. Qui a dit qu'il fallait se compliquer la vie ?

Une brochette de plaisirs. Brochettes de magret de canard aux mangues et tomates cerise, brochettes de mignon de porc au pruneau, brochettes de fruits jaunes ou rouges caramélisés : des alliances avec le Cabernet-d'Anjou qui ne manquent pas de piquant.

De la douceur après toute chose. L’été, c’est la pleine saison des fruits rouges. Mais aussi des abricots, des pêches... Autant de saveurs gorgées de soleil qui jouent avec celles du Cabernet-d’Anjou. En salade, en soupe, en mousse, en tartes ou en gâteaux, le mariage fruité est irrésistible. L'astuce facile à mémoriser :
« peu de sucre dans les desserts
permet de mieux apprécier son verre. »

Un goûter pour les grands. S’il est bien une saison où l’on a le droit de retomber en enfance, c’est celle des beaux jours, les derniers de l’été ou les premiers de l’automne, entre sable et cartable. Barbe à papa, fraises Tagada ®, marshmallows... Que c'est bon, parfois, de régresser joyeusement ! Un air de « pas bien raisonnable » qui convient parfaitement au Cabernet-d'Anjou. Ludique, il joue volontiers de ses arômes et de son moelleux pour épouser ceux des confiseries. Miam !

Avec ses notes de fruits rouges, mais aussi de poivre blanc, de menthe douce, de violette, de bonbon anglais, le Cabernet-d’Anjou accompagne chaque repas de sa fraîcheur caractéristique...



CE QU’IL SAVOIR SUR LE CABERNET D’ANJOU
Née au cœur de la Loire, le troisième vignoble de France, cette AOC (dès 1936) est le 1er rosé demi-sec d’appellation en France.

Elle se situe sur trois départements: principalement le Maine-et-Loire, mais aussi les Deux-Sèvres et la Vienne. Avec 95% de sa superficie plantée en cabernet franc, elle se revendique presque mono-cépage... mais pas tout à fait ! Elle se teinte parfois d'un soupçon de cabernet-sauvignon.

Pas question ici de ces assemblages de vins rouges et vins blancs qui créent la polémique. Issu exclusivement de raisins rouges vinifiés en rosé, le Cabernet-d’Anjou est rosé par nature, par naissance et par goût !

Nettement moins saisonnier que les autres vins rosés, il s'invite sur les tables toute l'année. D’ailleurs, sa production a quasiment doublé en dix ans. Exception à souligner, les chais ne contiennent que 3 mois de stock (en fin d’année). En fait, la demande est nettement supérieure à l'offre. C'est bien simple: le Cabernet-d'Anjou, on se l'arrache !

Sur un marché des vins tranquilles en grande distribution en baisse de 3 % depuis 2004, les ventes de rosé ont progressé de 20 % sur la même période. Et plus importante que celle du marché, le Cabernet-d’Anjou affiche une progression de plus de 24 %. Toutes couleurs confondues, c’est d’ailleurs la première appellation de Loire en volume vendu en grande distribution – son circuit de commercialisation majoritaire – et détient 24 % de parts de marché (rosés d’appellation d’origine contrôlée), faisant concurrence aux Côtes de Provence.

Son astuce séduction? Une maturité optimale du raisin et une concentration qui garantissent au vin toute la rondeur des tendres paysages où il est né. Une marque de fabrique unique en France !

LE CABERNET D’ANJOU EN QUELQUES CHIFFRES

3 à 4,5 euros la bouteille
248 000 hectolitres produits*
33 millions de bouteilles*
4 400 hectares de production*
4 500 pieds/hectares en moyenne
90 % de cabernet franc
10 % de cabernet-sauvignon
65 hectolitres/hectare de rendement maximum
Présent dans 98 % des magasins (grande distribution)
89 % des bouteilles sont vendues en France.
*Moyenne sur 5 ans