7.10.09

LUI CUISINE : LE MANUEL DU PARFAIT MAITRE QUEUX


Parution le 17 novembre 2009 aux Éditions de l’Épure 1ère parution en 1971 aux Éditions Daniel Filipacchi

AUTEURS : Bataillon au complet inconnu...
65 ILLUSTRATIONS originales de ROLAND TOPOR
321 recettes et conseils tendres et bienveillants
pour L’Ami Parfait, L’Amant Délicat et Le Mari Acceptable

PRIX PUBLIC : 35 euros

- - - - - - - - - - -

MESSIEURS, À VOS BOURSES ! MESDAMES, VIDEZ CELLES DE VOS HOMMES ET OFFREZ, POUR NOËL ET PAS QUE, LES RECETTES ET CONSEILS D’UN MAITRE QUEUX EXCLUSIVEMENT RÉSERVÉS À L’HOMME MODERNE


POURQUOI « lui » ?
Tout simplement parce que ce manuel bienveillant fut rédigé par une équipe de journalistes du magazine Lui, ne demandez pas lesquels, l’histoire n’a pas retenu leurs noms, même Daniel Filipacchi, qui l’édita en 1971, ne se souvient plus de la genèse du livre.
Au vue de la date de première parution, on en déduit que Jon Winroth, le célèbre critique œnologue n’a pu y contribuer, ne rejoignant Lui qu’en 1979.
Quant à Jean-Louis Delpal, alors Le chroniqueur gastronomique du mensuel, qu’il y soit allé de sa plume… le mystère reste entier.
Ce qui est sûr c’est que Roland Topor, l’illustrateur, poète, chansonnier, dramaturge, cinéaste, affichiste... y sévit en dessin et en texte de toute la joliesse de son humour noir et tendre.

Tout simplement parce que « ce livre a été écrit à l’attention des hommes » et plus précisément « à l’attention des hommes qui veulent se distraire de leurs occupations ou préoccupations en cuisinant » mais surtout faisant acte de cuisine, un acte d’amour pour leurs amis, leur maitresse, voire la femme devenue épouse.

« L’amour à mieux à faire que de se nourrir d’eau fraiche » aussi pour l’auteur « l’homme qui cuisine est un ami parfait, un amant délicat. Parfois, un mari acceptable » et c’est sous ces trois états de l’homme - qui peut heureusement recouvrir les trois à la fois ! - que l’auteur triptyse son manuel et strip-tease la cuisine.


CE QUI CHANGÉ DANS CETTE RÉÉDITION ?
Rien ou si peu !
La part belle a été redonnée aux illustrations de Topor dont la poésie étouffait quelque peu, coincée qu’elle était entre les colonnes de textes.
L’ancienne jaquette s’est muée en poster rendant hommage aux filles à épingler, alias pin’up, qui étaient au centre du magazine.
Collector, le poster sera encarté dans les livres commandés par les cents premiers souscripteurs...