6.3.13

Le goûter : une pause plaisir et équilibre, plébiscitée par deux tiers des adultes !

Alors que le soleil se fait encore un peu timide, nous recherchons la chaleur et la quiétude… C’est donc tout naturellement que le « 4 heures » devient un moment refuge. Lié à l’affect, réveillé par des odeurs et des saveurs, il en appelle à nos souvenirs d’enfance les plus agréables. Une tendance au « comfort food » qui se précise : plus de 66 % des adultes goûtent.

 

Syndrome de Peter Pan ou réponse à un besoin physiologique ?

 

COUP DE PROJECTEUR SUR LE GOUTER DES « GRANDS » : l’allié du bien-être

 

Fait établi, le goûter est une institution dans le quotidien des familles françaises… Mais le goûter n’est plus aujourd’hui seulement l’apanage des enfants. L’étude menée par le CREDOC pour la Collective des Biscuits et Gâteaux de France confirme une nouvelle tendance de consommation : le goûter est en voie de devenir le 4ème repas de la journée pour les adultes.

 

·         Plus de goûters réguliers, moins de grignoteurs

39,3% des adultes goûtent au moins 4 fois par semaine et 13,5% d’entre eux tous les jours (soit 3 fois plus qu’en 2007). Plus qu’un effet de mode, le « 4 heures » équilibré est aujourd’hui reconnu, non seulement, pour être une pause gourmande et réconfortante mais aussi pour ses bienfaits nutritionnels. Il permet de mieux répartir les apports alimentaires de la journée et réduit le phénomène de grignotage. En effet, chez les adultes, les journées comportant un goûter contiennent moins d’encas2 que les journées sans goûters. La consommation de biscuits et gâteaux en encas a diminué de 4% entre 2007 et 2010 au profit d’une consommation dans le cadre de repas structurés, particulièrement au goûter : +6% entre 2007 et 2010. Alors que 11% des adultes consommaient des biscuits et gâteaux dans le cadre d’un encas en 2007, ils ne sont plus que 6% en 2010.

 

·         Les biscuits et gâteaux, stars d’un goûter… raisonné et régressif

 

Gourmands, nostalgiques des plaisirs de l’enfance ou envie de douceurs, les grands revendiquent haut et fort le goûter. Cette pause salutaire et conviviale représente 39% des moments de consommation des biscuits et gâteaux chez les adultes. Leur consommation quotidienne est tout à fait raisonnable puisque les adultes en consomment en moyenne 25,3 g par jour, soit l’équivalent d’une madeleine. Le goûter des adultes fait la part belle aux biscuits secs (petits-beurre, sablés…) puisque 45% sont consommés à 4 heures en 2010 contre 25% en 2007.

 

ET LES ENFANTS ? POUR EUX, LE GOUTER… C’EST SACRE !

Goûter : oh oui ! Mais surtout de façon structurée. Même si le goûter séduit aujourd’hui de plus en plus d’entre nous, les enfants restent encore et toujours les principaux goûteurs. Les bonnes habitudes, ça commence dès la cour de récré !

 

·         Le goûter conserve sa place privilégiée, et de préférence en famille

C’est un véritable plébiscite, 85% des enfants goûtent régulièrement, avec au moins 4 goûters par semaine. Le moment idéal de cette pause plaisir se situe entre 16h30 et 17h pour 40% des jeunes goûteurs. La durée du jeûne reste la même depuis 2007 : 4h entre le déjeuner et le goûter, et 3h jusqu’au dîner.

 

Et pour cet authentique moment de convivialité et de partage, 55% des enfants préfèrent se retrouver autour d’une table, en famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

·         Consommation de biscuits et gâteaux : moins de grignotage au profit du goûter

L’enquête met en évidence une baisse de la consommation de biscuits et gâteaux au cours d’encas2 

(-6% entre 2007 et 2010) au profit d’une consommation dans le cadre de repas plus structurés, particulièrement au moment du goûter (+6% entre 2007 et 2010). Alors que 20% des enfants consommaient des biscuits et gâteaux dans le cadre d’un encas en 2007, ils ne sont plus que 5% en 2010.

 

Le goûter représente 66% des moments de consommation de biscuits et gâteaux. Gourmands mais pas trop, les enfants consomment en moyenne 25,8 g par jour, soit l’équivalent de 4 petits-beurre. Chez les enfants, les biscuits sont autant appréciés que les gâteaux au moment du goûter, ce dernier représente 65% de la consommation de biscuits (biscuits secs, chocolatés, confiturés, gaufrettes, cookies...) et 67% de la consommation de gâteaux (madeleines, quatre quart, pain d’épices, cake…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1- Enquête nationale sur les Comportements et Consommations Alimentaires des Français, CREDOC 2010 ; tris spécifiques réalisés en 2012 sur la consommation des biscuits et gâteaux pour l’Alliance 7. (Etude qualitative et quantitative menée sur environ 1000 foyers, renouvelée tous les trois ans pour suivre de près les évolutions de consommation de biscuits et de gâteaux). 

 

2- Contrairement au goûter qui est une collation prise entre le déjeuner et le diner, un encas répond à une faim passagère à toute heure du jour ou de la nuit. Le grignotage intempestif correspond, lui, à une prise alimentaire automatique, répétée et souvent non contrôlée, plus ou moins motivée par la faim.